Barrage de l'Escaut Oriental et Pont de Zélande

Durant les deux mille dernières années, les Pays-Bas ont souvent dû faire face à des inondations

En 1953, les Pays-Bas furent touchés par de très graves inondations. Ce n’était évidemment pas les premières. Certaines des précédentes catastrophes avaient été d’une ampleur plus grande encore et leur souvenir était bien vivace dans la mémoire des habitants de la Zélande et de la Hollande méridionale. Ce sont ces inondations majeures qui sont décrites ici. Les premières inondations (838 et 1014);  Les inondations de la Sainte-Elizabeth (1404 et 1421); Les inondations de la Toussaint (1570);  Les inondations de Noël (1717);  Les inondations du Zuiderzee (1916)

Pendant la deuxième guerre mondiale, la Zélande souffrit énormément. Les digues furent bombardées et on inonda volontairement les terres pour chasser les Allemands.

En 1953, la population hollandaise éprouva la force de la mer une fois de plus. Le 1er janvier de cette année-là eurent lieu les grandes inondations, les plus importantes de toute l’histoire des Pays-Bas. En Hollande méridionale, les digues furent endommagées sur plus de 91 kilomètres et il y avait des brèches sur une longueur de 17,5 kilomètres. Les conséquences de cette catastrophe furent énormes. Beaucoup de personnes y perdirent la vie, beaucoup animaux périrent noyédont  et près de 200 000 hectares furent inondés. L’eau salée rendit les terres agraires inutilisables pendant longtemps.

Après la catastrophe ils sont commence d’un Plan Delta apportant un accroissement durable de la sécurité: construire les barrages anti-tampête, endiguer les bras de mer et rehausser les digues.   Mais: A quel point que  la sécurité de la région doive être garantie, le Nieuwe Waterweg et l’Escaut occidental devraient rester ouverts à cause de l’intérêt économique des ports de Rotterdam et d’Anvers.

 

Le Barrage de l'Escaut Oriental: A l’origine on avait l’intention de fermer l’Escaut oriental.  Mais. un alternative est construit: un barrage de l’Escaut oriental  avec d’un certain nombre d’écluses qu’il ne faudrait  fermer qu’en cas de niveaux d’eau extrêmement élevés: 62 passes de 40 mètres de large chacune furent appliquées dans le barrage afin de laisser passer autant d’eau possible. On essaya autant que possible de maintenir le mouvement de la marée. L’environnement unique de l’eau salée et la population piscicole seraient maintenus ainsi. Les cultivateurs d; huîtres et de moules ont pu poursuivre leurs traveaux. Finalement le barrage de l’Escaut oriental est devenu une des plus vastes constructions du monde. Le 4 octobre 1986 le barrage anti-tempête de l ‘Escaut oriental fut inauguré par la reine Beatrix dans une ambiance de fête.

Durant les cinquante années passées, à côté des barrages décrits, il y a eu deux autres projets intéressants aussi. Ceux-ci ne concernaient pas tellement la sécurité mais plutôt la mobilité. C’est ce qui le Pont de Zélande (entre Zierikzee et Colijnsplaat aec une longueur de 5 km) le Tunnel de l’Escaut occidental (avec un longuer du 60 km et Le point le plus profond du tunnel est situé à 60 mètres sous le niveau de la mer) ont en commun. La Zélande devint plus accessible.

 

Sur le site deltawerken.com  vous avez une idée de l'étendue des différentes ouvrages réalisés dans la zone du delta.
Aussi détails dans
le Deltapark  Neeltje Jans. Le parc thématique entièrement consacré aux travaux du plan Delta. Apprenez tout ce qu'il y a à savoir sur les Grandes inondations de 1953 et faites une visite guidée du barrage anti-tempêtes.